Prône du 21 août 2015 : N’oubliez pas la mort…

Chères soeurs, chers frères,

la mort

L’être humain reçoit tout au long de sa vie la visite de certains visiteurs, certains lui sont plaisants de les recevoir et certains lui sont déplaisants. Nous allons parler aujourd’hui de certains de ces visiteurs :

Le premier de ces visiteurs : le bienfait. Allah attribue à ses créatures toutes sortes de bienfaits tout au long de sa vie et il l’éprouve par cela : est-ce que l’homme lui en sera reconnaissant ou pas ? Et Allah dit dans la sourate el Isra verset 83 « Et quand Nous comblons l’homme de bienfaits; il se détourne et se replie sur lui-même; et quand un mal le touche, le voilà profondément désespéré. »

Un autre visiteur : les catastrophes de la vie, c’est-à-dire les choses difficiles de la vie par lesquelles Allah éprouve l’homme. Celui-ci saura-t-il patienter dans les épreuves ou non ? Cherchera-t-il le soulagement en se tournant vers les gens ou en se tournant vers son Créateur ? Et notre Seigneur et Créateur dit dans son Coran, sourate baqara versets 155-156 « Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint : “Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons”. »

Un autre visiteur : les jours, qui sont faits de minutes et d’heures. Que sont-ils si ce n’est des visiteurs qui nous viennent et puis s’en vont ? IL est un récit qui dit « il n’est pas un jour qui se lève sans qu’il ne dise : « Ô fils d’Adam, je suis un jour nouveau et je suis témoin de tes œuvres. Profite donc de moi car je ne reviendrai pas. Et tu n’es rien d’autre ô fils d’Adam qu’un nombre de jours comptés. Chaque jour qui passe est un peu de toi qui s’en va. Vingt-quatre heures, chaque heure est une bibliothèque vide. Remplis la donc de ce que tu veux : par le rappel (dhikr) ou le Coran ou de bonnes œuvres, ou bien remplis la de l’injustice, de péchés et de mal. Chaque heure qui se termine se ferme jusqu’au jour dernier où on te dira « “Lis ton écrit. Aujourd’hui, tu te suffis d’être ton propre comptable” » sourate isra verset 14

Un autre visiteur qui nous a quittés récemment c’est Ramadan. « le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. » sourate baqara 185. Qu’est-il d’autre qu’un nombre de jours qui passe et qui ne revient plus ? Certains sortent de mois en en ayant profité pleinement comme il se doit et certains en sortent en l’ayant gaspillé et quel échec que celui-là ?

Et la liste est longue de visiteurs mais nous arriverons toujours vers un autre visiteur, le visiteur ultime, celui après qui plus rien ne vient. Et qui est-il donc ? C’est la mort. Cette chose qu’Allah a décrétée pour toute créature et il n’y a pas de différence face à elle que l’on soit grand ou petit, vieux ou jeune, riche ou pauvre, puissant ou misérable. Le Coran : « Toute âme goûtera la mort. Mais c’est seulement au Jour de la Résurrection que vous recevrez votre entière rétribution. Quiconque donc est écarté du Feu et introduit au Paradis, a certes réussi. Et la vie présente n’est qu’un objet de jouissance trompeuse. » sourate ale Imran verset 185

Et aussi : « Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables. » sourate Nissa verset 78

La mort est une porte que toute personne passera et qui sait ce qu’il trouvera derrière cette porte ? Paradis ? ou Enfer ? A-t-on été agréé du Seigneur ? Ou pas ?

Tout le monde déteste la mort autant qu’il aime la vie. Mais pourquoi cela ? Tandis que le prophète sas, alors qu’il lui fut demandé de choisir entre rester dans ce bas-monde ou de mourir, il répondit « Plutôt rencontrer mon Seigneur le Très Haut. » Ou l’exemple de ses compagnons qui savaient faire bon accueil à la mort. Tel Bilal ibn Rabah à qui venait la mort et que son épouse pleurait. Il lui dit « Non, ne dis pas quelle catastrophe, mais dis plutôt quelle bonne annonce. Demain je rencontrerai à nouveau mes bien-aimés, Mohammed et ses compagnons. »

Ou encore Abou Horayra, à qui venait la mort et qui disait « Bienvenue à cette mort souhaitée, ô mon Seigneur, que j’aime ta rencontre, aime donc la mienne.»

Ou encore cheikh Abdullah ibn Moubarak, qui vit la mort arriver et il rit et il dit « C’est bien pour cela que nous devions nous préparer. »

Ou encore cette histoire lorsque Ami el Mouminine Souleymane bn Abdelmalik qui allait au pèlerinage et rencontra le cheikh de Médine Abou Hazim el A’raj pour profiter de sa sagesse. Il lui demanda : Ô Aba Hazim, pourquoi détestons nous la mort ? Le cheikh lui répondit parce que vous vous êtes attachés à la vie présente et vous avez négligé la vie dernière. Vous détestez donc quitter cette vie pour entrer vers celle que vous avez négligée.

Qu’avons-nous donc préparé pour cette mort ? Des bonnes actions sincères ? Des bons comportements ? Ou bien les seules actions que nous auront commandées nos passions, nos désirs ?

Nous aimons le sommeil, le repos, nous aimons le jeu et l’amusement, mais nous oublions l’essentiel et nous négligeons cette mort qui peut survenir à l’improviste. Comme si nous n’étions pas concernés… Comme si nous allions vivre éternellement…

Quand cesserons-nous cette négligence ? Nous ne profitons pas de ces rappels, nous voyons bien la mort survenir autours de nous et cela ne nous empêche de rien. Qu’as-tu préparé ô fils d’Adam ? Il n’est pas grave que tu meures jeunes ou vieux, mais le plus important est comment tu mourras ? Obéissant ? Pieux ? Agréé de ton seigneur ?

Ecoutez cette histoire de Thabit ibn Amir ibn Abdillah ra qui disait toujours cette invocation : « Ô mon Seigneur accorde moi une bonne fin. » Quand ses compagnons lui en demandaient le sens, il disait : « c’est de mourir en prosternation. » Il répéta cette invocation pendant 50 ans. Un jour à la fin de sa vie, alors qu’il était grandement malade, il entendit l’appel à la prière et demanda à ses enfants de l’amener à la mosquée. Ceux-ci lui rappelèrent un verset coranique qui allège la condition des malades (cad qu’ils lui conseillaient de prier chez lui plutôt qu’à la mosquée, eu égard à sa maladie) mais il leur dit « je ne peux pas entendre l’appel à la prière et ne pas y répondre. Emmenez-moi. » Ils l’ont alors emmené à la mosquée où il a prié la prière de maghrib. Lors de la dernière prosternation, il ne se releva pas et resta prosterné. Les gens l’ont secoué et l’ont trouvé mort et c’est ainsi que l’on a su qu’Allah avait exaucé sa demande.

Qu’as-tu préparé, ô fils d’Adam, pour ton succès ? Vois ces versets de la sourate foussilate « Ceux qui disent : “Notre Seigneur est Allah”, et qui se tiennent dans le droit chemin, les Anges descendent sur eux . “N’ayez pas peur et ne soyez pas affligés; mais ayez la bonne nouvelle du Paradis qui vous était promis. Nous somme vos protecteurs dans la vie présente et dans l’au-delà; et vous y aurez ce que vos âmes désireront et ce que vous réclamerez, un lieu d’accueil de la part d’un Très Grand Pardonneur, d’un Très Miséricordieux”.

Faites le bien et oeuvrez les bonnes œuvres car la mort n’est pas une fin en soi et la tombe n’est pas la demeure dernière, comme nous l’entendons souvent. Et encore moins « le repos éternel ». Comment serait-ce un repos alors que l’effort fut court et que le voyage ne fait que commencer ? Si la mort nous laissait tranquille, alors elle serait réellement un repos. Mais après la mort viendra la résurrection qui nous questionnera sur toute chose que nous avons commise.

L’homme et la mort est une histoire étonnante. Lui qui ignore constamment sa propre faiblesse jusqu’à l’heure de la mort. Il ne se soucie pas des torts et des injustices qu’il a portés aux gens ou à lui-même jusqu’à l’heure de sa mort. Ni du temps qu’il a perdu ou des œuvres qu’il a négligées. Voyez le Coran à ce sujet, sourate mouminoun, versets 99 et 100  : « Puis, lorsque la mort vient à l’un deux, il dit : “Mon Seigneur ! Fais-moi revenir (sur terre), afin que je fasse du bien dans ce que je délaissais”. »

On souhaiterait à ce moment-là juste pouvoir prononcer « la ilaha illa Allah » avec sincérité… On souhaiterait pouvoir parler un court instant à ce frère avec qui on a coupé les liens pour des histoires de biens ou de possession. On espérerait pouvoir revenir sur tout ce que nous négligions lorsque, ici-bas, nous courrions après la vie, obéissant à nos passions et suivant nos désirs, tablant sur l’avenir sans savoir quand nous allions mourir, et ignorant notre propre injustice.

Afin de nous prémunir de cette négligence, et de prendre conscience des conséquences de nos actions et d’être pleinement préparé pour ce moment décisif, le Coran nous rappelle constamment à la mort et ce qui se trouve après comme destination finale. Afin de ne pas nous laisser distraire ou tenter par cette vie, afin de pas être négligents envers cette réalité, méditons sur ce verset qui répète cet avertissement : « Et craignez le jour où vous serez ramenés vers Allah. Alors chaque âme sera pleinement rétribuée de ce qu’elle aura acquis . Et il ne seront point lésés.»

Chères sœurs, chers frères, puissions-nous être attentifs à la parole de notre Seigneur, le Coran, agir selon ses sagesses et suivre les enseignements du Prophète sas, méditons sur ce que nous venons d’entendre afin que ce rappel nous soit profitable.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s