Discours du vendredi 17 Octobre 2014 – L’Hégire

Chers frères, chères sœurs,

Les louanges sont à Allah, nous le louons, nous lui demandons secours et nous nous repentons à Lui. Nous cherchons secours auprès de Lui contre notre propre mal et contre le mal de nos mauvaises actions.

Celui qu’Allah guide ne peut s’égarer. Alors que celui qu’Il égare ne peut se guider.

J’atteste qu’il n’y a de dieu qu’Allah et j’atteste que Mohammed est son messager.

Allah dit dans le Coran : « Ô vous qui avez la foi, craignez Allah comme il doit être craint et ne mourrez pas avant d’être tout à fait musulman. »

Chers frères, chères sœurs,

La prière du vendredi est une prière très importante et le jour du vendredi, le jour du jomoa, est un jour très important.

En effet, Allah Ta”ala a dit :

يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوٓا۟ إِذَا نُودِىَ لِلصَّلَوٰةِ مِن يَوْمِ ٱلْجُمُعَةِ فَٱسْعَوْا۟ إِلَىٰ ذِكْرِ ٱللَّهِ وَذَرُوا۟ ٱلْبَيْعَ ۚ ذَٰلِكُمْ خَيْرٌۭ لَّكُمْ إِن كُنتُمْ تَعْلَمُونَ

{Ô vous qui avez cru ! Quand on appelle à la Salat du jour du vendredi, accourez à l’invocation d’Allah et laissez tout négoce. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez !} (62/9)

Dans un hadith rapporté par le compagnon Abou Hourayra radhiAllah ‘anhu le Prophète sala Allah ‘alayhi wasalam a dit : “Le meilleur des jours sur lequel se lève le soleil est le vendredi. C’est le jour où fut créé Adam, le jour où il fut introduit au Paradis, le jour où il en sortit. C’est aussi le jour se lèvera la fin du monde”. (Mouslim, Abou Dâwoud, At-Tirmidhi qui l’a authentifié)

Le musulman, la musulmane qui voit ce jour et en a profité aura gagné son mérite auprès de Son Seigneur. Le musulman qui se lève en ce jour béni, doit prendre son bain rituel, le ghousl, se parfumer et enfiler ses plus beaux habits, s’apprêtant ainsi à la rencontre d’avec son Seigneur, se hâte vers la mosquée de bonne heure, pour y lire la sourate consacrée par ce jour-là sourate El Kahf, et prier abondamment sur le Messager d’Allah.

Augmentez vos prières sur le Messager en ce jour béni comme il a lui-même rapporté le mérite de la prière sur lui Allahoumma salli aleyhi wa salem.

Egalement, invoquez Allah abondamment, musulmans, musulmanes, dans l’espoir de gagner sa faveur  alors que le Messager sas a promis ce qui suit :

Selon Abou Hourayra et Abou Sa’id al-Khoudri radhi Allah ‘anhu, le Prophète sala Allah ‘alayhi wasalam a dit : “Certes ! Le jour du vendredi renferme un instant de faveur. Si la prière d’un serviteur musulman, demandant des faveurs correspond à cet instant, Allah les lui accordera. Cette heure est après al-‘asr“. (Ahmad; Al-‘Iraqi a dit : authentique)

Invoquez, chers frères, chères sœurs, abondamment votre Seigneur lorsque c’est le jour de vendredi, priez abondamment sur le Messager d’Allah. Allahoumma salli wa sallem wabarik ala Mohammed, wa alihi wa sahbihi ajma’ine.

Chers frères, chères sœurs,

D’ici à peine quelques jours nous entrerons incha Allah dans une nouvelle année du calendrier musulman. L’année 1436 du calendrier hégirien.

Peut-être le saviez-vous, peut-être pas : les musulmans possèdent un calendrier spécifique qui s’appelle le calendrier hégirien. Un calendrier dont le 9ème mois par exemple est le mois de Ramadan, que vous connaissez bien, et dont le douzième mois est le mois de dhul Hijja, le mois du pèlerinage, qui se termine en ces jours-ci.

Ce calendrier musulman fut établi en effet au temps du calife Omar Ibn El Khattab ra, Amir el Mouminine, deuxième calife successeur à la mort du Prophète sas. Ce calendrier a comme point de départ non pas la date de la naissance du Prophète sas ni même celle de sa mort. Non car l’Islam ne pratique pas le culte de la personnalité.

Ce calendrier ne débute pas non plus en souvenir d’une grande bataille ou d’une grande victoire comme celle de Badr. Non car l’Islam ne pratique pas le culte du sang et de la guerre.

Mais ce calendrier a comme début le moment où le Messager d’Allah a effectué l’hégire, l’émigration de la ville de la Mecque vers la ville de Yathrib en l’an 622 de notre ère. Pour les musulmans, l’hégire, l’émigration vers Médine marque le début du calendrier, l’an 0.

Mais pourquoi cet évènement en particulier ? C’est ce que nous nous proposons de voir aujourd’hui incha Allah.

Aux alentours de l’an 610 de notre ère, au cœur de l’Arabie, au sein de la ville de la Mecque, alors que Mohammed Ibn Abdillah avait 40 ans, il reçut l’ange Gabriel, l’ange de la révélation, qui lui révéla sa mission et le désigna Prophète et Messager de l’Islam. Dernier de tous les prophètes pour être exact.

Débutant sa mission en tant que Messager d’Allah, il a prêché sas l’Islam pendant 13 ans au sein de la ville de la Mecque. La Mecque était une importante cité arabe et commerçante, une ville qui abritait le sanctuaire de la Kaaba, qu’avait érigée le Prophète Ibrahim des siècles auparavant. Mais une ville dont les mœurs étaient contrastés et rudes, une ville où la violence sociale était très forte, où le sang et l’honneur régnaient en maîtres.

C’est dans ce contexte que le Messager d’Allah sas débuta sa mission et qu’il reçut les premières réactions à son message. Parmi les Mecquois, certains adoptaient l’Islam et le défendaient au jour le jour. C’est le cas de Abou Bakr Siddiq, Ali ibn Abi Talib, Othman ibn Affan et bien d’autres. Mais les notables de la Mecque, les notables de Quraysh voyaient d’un très mauvais œil cette nouvelle religion qui prônait la justice, le calme, la tempérance, l’honnêteté et surtout qui abolissaient leurs anciennes divinités dont ils tiraient profits et richesses.

La ilaha illa Allah. Nulle divinité si ce n’est Allah.

Ils organisèrent donc une réaction à l’Islam et elle fut de plus en plus violente. Injures, agressions, insultes puis boycott, tortures et mises à mort, rien ne fut épargné aux premiers musulmans. A un tel point que les plus faibles d’entre eux furent envoyés par le Prophète en Abyssinie, pays d’un roi chrétien juste, où ils effectuèrent une première émigration et où ils trouvèrent un peu de répit.

Mais pour ceux qui restaient à la Mecque, le calvaire ne s’allégeait pas.

Pause

Au fil des 13 années de la période Mecquoise, l’Islam s’est bâti avec une farouche opposition face à lui. Les insultes ne s’arrêtaient plus, tous les moyens étaient bons pour décourager les musulmans de leur foi. Mais rien n’y faisait : plus les tortures se faisaient dures et horribles, plus la foi grandissait dans les cœurs.

Un jour, la patience paya.

Quelques croyants venus de la ville de Yathrib revinrent rencontrer le Prophète. Après leur conversion, une fois de retour à Yathrib, ils avaient prêché l’Islam et toute une communauté était née dans cette ville. C’est par leur intermédiaire que le secours d’Allah est arrivé : ils proposèrent au Prophète sas de venir s’installer à Yathrib, de devenir leur chef à qui ils jureraient fidélité et soutien face à l’opposition mecquoise. Le Prophète accepta. La parole d’Allah est véridique et son ordre était à suivre : quittez la Mecque pour Médine. C’était en 622 de notre ère.

Cette stèle e situe au pied de la citadelle de Namur, en Belgique, au sein d'une fresque reprenant les grandes dates de l'Histoire.

Cette stèle e situe au pied de la citadelle de Namur, en Belgique, au sein d’une fresque reprenant les grandes dates de l’Histoire.

Cette émigration fut un déchirement pour le Prophète. La Mecque était sa cité natale, là où se trouvait la Kaaba, là où il avait vécu, s’était marié, là où son épouse Khadija ra décéda et fut enterrée… Il disait que si son peuple ne l’en avait pas chassé, il ne l’aurait jamais quittée…

Mais cette émigration était nécessaire et elle fut aussi un soulagement, une nouvelle fondation pour la société musulmane et une rupture totale avec la période Mecquoise. Les 13 années à la Mecque avaient été les années de l’enseignement, de la fondation, de la patience. Lorsque les portes de Yathrib s’ouvrirent, le temps était venu pour le Prophète d’y fonder une nouvelle société basée enfin sur de nouvelles règles de justice, de tempérance et de droiture.

L’Hégire fut la première étincelle d’une victoire qui arrivait.

L’hégire fut l’occasion pour le prophète sas de déclarer la fraternité entre les croyant de La Mecque et ceux de Yathrib, qui ne se connaissaient pas mais qui les accueillirent comme leurs propres frères, dans leurs propres demeures, au sein de leurs propres familles.

L’Hégire fut l’occasion de fonder la société musulmane sur un modèle fraternel unique qui dépassait toutes les identités de tribus, de clans, d’origines… C’est le modèle de l’Oumma, la communauté de foi qui réunit les musulmans sur des principes communs avant toute chose.

L’Hégire fut l’occasion enfin de fonder les premières mosquées, qui n’avaient pas encore existé jusque-là. La période Mecquoise ne leur en avait pas laissé le choix. A Qubae fut fondée la première mosquée de l’Islam. Puis à Yathrib fut fondée la mosquée connue aujourd’hui sous le nom de Mosquée du Prophète, Masjid Nabawi, deuxième lieu saint de l’Islam.

L’Hégire fut l’occasion de renommer la ville de Yathrib en El Medina. La ville du Prophète. Medinatou nabiy. Medina Mounawara, Médine la lumineuse.

L’hégire fut l’occasion pour les musulmans d’organiser leur vie sociale et leur appel à l’Islam, la Dawa, qui continua de gagner des cœurs dans toute l’Arabie.

L’Hégire fut l’occasion enfin de pouvoir défendre l’honneur et les biens des musulmans face aux attaques mecquoises qui ne cessèrent pas. De guerres en batailles, avec des victoires et des défaites, avec le siège de Médine en plus de tout, les musulmans se défendirent. Et pendant que la rivale cité de la Mecque perdait en influence, le nombre des musulmans ne cessait de croitre, jusqu’au jour où il ne fut plus question de guerre pour La Mecque, qui se voyait débordée de toutes parts. Les notables Mecquois se convertissaient les uns après les autres, les guerriers et les généraux se convertissaient les uns après les autres, à l’image du célèbre combattant Khalid Ibn Walid. Khalid ibn Walid avait été un des plus farouches généraux mecquois, un tel stratège qu’il n’a jamais perdu une seule bataille qu’il dirigeait. Lorsqu’il se convertit, il offrit alors son épée au service du Prophète et il est toujours connu aujourd’hui sous le surnom de « Seyfoullah », l’épée d’Allah. Il ne perdit aucune bataille qu’il dirigea en tant que musulman.

L’hégire avait permis d’inverser le rapport de force. La victoire finale n’était plus loin lorsque le Messager d’Allah reçut l’ordre de se rendre à la Mecque et de reprendre possession de la Kaaba, de la purifier et la rendre au culte unique d’Allah. Les musulmans majoritaires entrèrent alors dans la Mecque sans un seul combat et obéirent à la parole d’Allah en ce jour connu sous le nom de « Fath Mekkah », la victoire sur la Mecque. Une victoire sans combat, ni vengeance, ni sang versé.

Juste la victoire logique de la foi qui s’est répandue parmi les gens et qui a absorbé et détruit l’opposition qu’on lui versait.

Oui chers frères, chers sœurs, depuis ce jour où l’ordre divin tomba, autorisant les musulmans à émigrer vers Médine, la victoire était assurée. Depuis ce jour, l’histoire était scellée. Depuis l’hégire c’est toute la nation musulmane, l’Oumma, qui voyait son sort basculer vers la réussite et la bénédiction.

C’est cet évènement, l’hégire de la Mecque vers Médine, qui a marqué un tournant décisif dans l’histoire de l’Islam. Si bien que lorsqu’il fut question de définir un calendrier, ce fut cette date qui fut choisie pour en marquer le début. L’an 0 de l’Islam.

L’an 0 du calendrier hégirien.

hegire2

Nous demandons à Allah taala qu’il agrée l’Hégire de ces hommes qui ont suivi sa parole et soutenu son messager. Et Il les a certainement agréés de son meilleur agrément, Lui qui a dit « Radiya Allahu an’hum wa rado ‘anhu » Il les agrée et ils l’agréent eux aussi.

Nous demandons à Allah azza wajalla qu’il agrée nos œuvres, nous pardonne nos erreurs et nos péchés, qu’il nous guide à ce qu’il aime et qu’il agrée. Il n’y a pas de meilleur agrément que le sien. Qu’il nous affermisse dans la foi et l’islam et qu’il nous réunisse parmi les meilleures de ses créatures au jour dernier.

Qu’il nous permette de nous améliorer et de ne mourir que musulman.

Idaballah,

Il est dit dans le quran :

« Certes, Allah commande la justice, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez. »
[Sourate 16, An-Nahl (Les abeilles), verset 90]

Allah Le Très-Haut dit:
« Certes, Allah est Ses Anges prient sur le Prophète ; ô vous qui croyez priez sur lui et adressez-lui vos salutations. »
إِنَّ ٱللَّهَ يَأْمُرُ بِٱلْعَدْلِ وَٱلْإِحْسَٰنِ وَإِيتَآئِ ذِى ٱلْقُرْبَىٰ وَيَنْهَىٰ عَنِ ٱلْفَحْشَآءِ وَٱلْمُنكَرِ وَٱلْبَغْىِ ۚ يَعِظُكُمْ لَعَلَّكُمْ تَذَكَّرُونَ
(Sourate 33 : Les coalisés (Al-Ahzab), verset 56).

 

إِنَّ ٱللَّهَ وَمَلَٰٓئِكَتَهُۥ يُصَلُّونَ عَلَى ٱلنَّبِىِّ ۚ يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ صَلُّوا۟ عَلَيْهِ وَسَلِّمُوا۟ تَسْلِيمًا

Allahoumma salli wa sallem wa barik ala mohammed wa ala ali Mohammed kama saleyta wa barakta ala Ibrahim wa ala ali Ibrahim fil alemine innaka hamidoun majid

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s